Please enable JS

Riedel, le Mozart du verre

02 mai 2018

L’histoire de l’entreprise autrichienne Riedel démarre en 1756, date de naissance de Mozart. Le génie créatif du fondateur Johann Leopold Riedel a permis à l’entreprise de devenir une véritable dynastie du verre à travers 11 générations. Entretien avec Maximilian Riedel, CEO du groupe, et Philippe Guillon, directeur exécutif France.

Fin janvier, vous avez reçu à Paris le prix du Talent de l’invention, décerné par le Centre du luxe et de la création. Qu’est-ce que cette distinction représente pour vous ?

Maximilian Riedel : C’est un honneur de recevoir ce prix et, surtout, une réelle reconnaissance de notre entreprise en tant que pionnière dans l’innovation du verre à vin. Mon grand-père Claus Riedel a inventé le premier verre de dégustation de vin appelé Sommeliers, et en 2004, j’ai créé le verre à vin O, sans pied, pour créer une gamme urbaine.

Vous avez notamment développé des verres spécifiques pour certains vins…

Maximilian Riedel : En réalité, le choix du verre joue un rôle déterminant sur la perception du vin ou du champagne. Nous avons par exemple réalisé des verres spécifiques pour la dégustation des champagnes Krug ou Piper Heidsieck. C’est un véritable travail de haute couture : nous adaptons la forme du verre comme une robe aux différents arômes !

Pouvez-vous nous parler du développement de votre entreprise ?

Maximilian Riedel : Nous sortons 55 millions de verres par an et proposons 450 modèles de verres différents. Notre chiffre d’affaires est de 260 millions d’euros toutes marques confondues, le groupe proposant, en plus de Riedel, les marques Nachtmann et Spiegelau. En termes de marchés, les Etats-Unis sont numéro 1, suivis de l’Europe et de l’Asie.

Qu’en est-il de la France, un marché traditionnel du vin ?

Philippe Guillon : Nous avons créé la filiale française en 2016 car le marché se transforme. Le mode de consommation du vin des jeunes générations, les Millenials, devient un véritable art de vivre, avec la création de caves, des soirées de dégustation entre amis. Encore récemment, le verre à vin en France était souvent un simple verre ballon, sauf dans le luxe où il y a de la concurrence chez les cristalliers.

Quels sont vos différents réseaux de distribution en France ?

Philippe Guillon : Depuis 12 ans, la marque Riedel a été distribuée par la maison Bernardaud, qui reste notre partenaire privilégié pour la distribution en grands magasins. En 2018, nous souhaitons ouvrir une cinquantaine de points de vente chez les détaillants et, pour nous faire connaître du grand public, nous exposons à de nombreux salons viticoles.

Le secteur Horeca est-il un axe de développement important ?

Philippe Guillon : C’est en effet un secteur essentiel en termes d’image avec des créations sur mesure en cobranding. Mais nos verres standards, tels que Vinum ou Performance, ont été également référencés dans des lieux prestigieux (au Ritz Paris, au Crillon ou au Hyatt, par exemple). Notre meilleur argument de vente auprès des sommeliers est que grâce à nos verres, nous pouvons les aider à mieux vendre leur carte des vins en optimisant le goût !



Article issu du dossier "Les nouveaux prismes du cristal" : 


Partager cet article