Please enable JS

Artoria veut grandir vite

27 août 2018

Dans quelques semaines, le site limougeaud d'Artoria accueillera les équipes de la société Kaoline. Objectif à moyen terme : multiplier par deux le chiffre d'affaires du nouveau pôle dédié aux objets de décoration et aux composants techniques “made in porcelain”.

Créé en 1920, Artoria peut s'enorgueillir d'une belle histoire. Depuis la reprise en 2016 par Farid Zaidi, aidé de l'investisseur Philippe Souchier, un nouvel élan a gagné le spécialiste de contenants haut de gamme en porcelaine. Le duo était déjà propriétaire de Kaoline, producteur d'objets décoratifs en porcelaine, connu pour ses poignées de porte à l'ancienne. L'association entre les deux entités limougeaudes s'est faite tout naturellement avec l'objectif de créer des synergies en termes de production et de relations commerciales.

Première étape d'un plan de développement à trois ans, le rapprochement physique des deux sociétés sur le site d'Artoria est actuellement en cours de réalisation. 

« L'opération a nécessité une extension de 1 500 m2 du bâtiment, qui en comptait à l'origine 3 500, indique Farid Zaidi. Nous sommes soutenus dans notre effort par la Région Nouvelle Aquitaine et le programme Usine du futur. »


L'export, premier levier de croissance

Les deuxième et troisième étapes du plan ont été lancées en parallèle. Depuis 2017, Artoria se développe à l'international. L'entreprise y réalise déjà 30 % de son chiffre d'affaires global estimé à 1,8 million d'euros sur l'année 2018. « Nous prévoyons de dépasser la barre des 50 % dès 2020. » Artoria est connue en Europe et en Asie pour la qualité de ses céramiques décoratives et techniques (médical, aéronautique). La société travaille en tant que partenaire de marques de cosmétiques, de spiritueux, de bougies, d'horlogerie et de fabrication de cigares, toutes issues de l'univers du luxe.

« Artoria fabrique le contenant et Kaoline les cols et les goulots, une de ses spécialités. Nous sommes parfaitement complémentaires. Artoria était cliente de Kaoline avant le rapprochement. » Pour différents acteurs (Zangra, THG, etc.), les deux sociétés réalisent des luminaires, des pots à bougies, des vases, des cendriers, des plateaux, des commandes spéciales et des cadeaux d'entreprise.


De nouvelles gammes d'objets de décoration

Si l'export constitue un important levier de croissance, Artoria entend aussi appuyer son développement sur de nouvelles gammes de produits destinées au circuit sélectif. « Nous réfléchissons à la création d'une signature propre qui travaillerait en direct avec les détaillants. Mais l'exercice n'est pas simple, dans la mesure où il n'est pas question d'abandonner les marques avec lesquelles nous travaillons déjà. » 

De son côté, le studio de création, habitué à imaginer des solutions complexes et hautement qualitatives, déborde d'idées. En premier lieu, les arts de la table sont évoqués, et aussi les objets de décoration au look contemporain, tels que les vases, les pots et les petits contenants... 

Même sans avancer de calendrier précis, Farid Zaidi ne s'en cache pas : de nouvelles gammes de produits seront prochainement commercialisées en France. 

Dynamisés par le label IGP Porcelaines de Limoges, des galops d'essai ont déjà été effectués à l'étranger.

Partager cet article