Please enable JS

L'heure n'est plus au Green Washing

17 janvier 2018

Le développement durable et l’éthique ne sont plus seulement des effets d’image pour la filière luxe mais revêtent des enjeux stratégiques croissants. A l’origine de ces injonctions de transparence et de respect environnemental, les consommateurs, millennials en particulier. Une récente étude de Mazars, organisation d’audit et de conseil, souligne la nécessité de repenser les aspects liés à la production et d’adapter la chaîne de valeur. Explications avec Fabien Seraidarian, directeur chez Mazars.

Comment les entreprises de la filière luxe s’approprient-elles la notion de luxe éthique ? 

Les marques les plus célèbres ne peuvent aujourd’hui se dispenser d’adopter une posture sur ces questions. La durabilité englobe les éléments environnementaux, sociaux et économiques (autrement dit : la répartition équitable de la valeur créée dans cette chaîne). Les questions de l’innovation dans les matières (y compris du recyclage et de l’upcycling), l’ancrage territorial, les conditions de travail, l’exigence des consommateurs sont centrales.

Une marque qui décide de s’inscrire dans une démarche durable le fait soit parce qu’elle a identifié un marché cible, soit car son éthique propre l’y incite, soit parce que l’importance de la politique publique en la matière s’accroît. Cela étant, dans la pratique, il e...

Pour découvrir la suite vous devez être abonné

Partager cet article