Please enable JS

Cyril Magne, profession : Stylist visual merchandiser

07 septembre 2018

Entre ses nombreux déplacements de Paris à New York, Cyril Magne nous dévoile sa profession de stylist visual merchandiser, spécialisé dans l’art de la table. Sa mission : élaborer des mises en scène de produits valorisantes et attractives. Rencontre.

Offrir International : Quel a été votre cheminement pour exercer ce métier ?

Cyril Magne : En fait, depuis tout jeune, j’ai tou- jours aimé mettre en scène les objets à la maison ou sur une table chez des amis. J’ai un profil pluridisciplinaire car en 2000, je m’occupais du showroom de Saint Louis/La Table Hermès de New York de en tant qu’assistant marketing. En- suite, je suis rentré chez Richard Ginori/Laure Japy à Paris et j’ai pris la direction de l’image de Laure Japy et des marques que nous distribuions avec notamment la mise en place de salons.

Ce métier est-il davantage reconnu aux Etats-Unis ?

Il est très important de vendre aux Etats-Unis, mais le visual merchandiser arrive en fin de course et souvent les petites marques ne veulent ou ne peuvent pas dépenser. Mais lorsqu’elles y recourent, elles réalisent que finalement ce n’est pas une dépense superflue, car cela leur fait gagner du temps et donne une vraie plus-value à la perception de leurs produits par les clients. Les marques françaises d’art de la table sont-elles particulièrement recherchées ? La concurrence est âpre et, aux Etats-Unis, il y a beaucoup de marques internationales et locales présentes. Cependant, les marques françaises bénéficient d’une très belle renommée, en particulier la porcelaine de Limoges avec quelques grands noms comme Haviland ou Bernardaud qui se sont implantés aux Etats-Unis, depuis long- temps. Certaines marques sont très désirables de par leur puissance de visibilité ou leur histoire, comme Hermès, Baccarat ou Christofle


Les marques françaises d’art de la table sont-elles particulièrement recherchées ?

 La concurrence est âpre et, aux Etats-Unis, il y a beaucoup de marques internationales et locales présentes. Cependant, les marques françaises bénéficient d’une très belle renommée, en particulier la porcelaine de Limoges avec quelques grands noms comme Haviland ou Bernardaud qui se sont implantés aux Etats-Unis, depuis long- temps. Certaines marques sont très désirables de par leur puissance de visibilité ou leur histoire, comme Hermès, Baccarat ou Christofle.Ensuite, il y a les petites manufactures qui se font une place parmi les grands, comme JL Coquet, Royal Limoges. Car même si ce sont de petites maisons, elles bénéficient de distributeurs passionnés ! 

Quelles sont les showrooms que vous réalisez ? 

Mes clients sont principalement les distributeurs américains de marques françaises ou internationales. Je peux faire de la création complète du showroom à la mise en place du produit comme le nouveau showroom de BIA (Royal Limoges, Deshoulières, Cap Déco) ou Pickard qui est la plus ancienne marque américaine de porcelaine célébrant ses 125 ans cette année. Pour d’autres clients, je fais du relooking de showroom, de la reconfiguration et la mise en place de marchandises comme pour Devine Corp (JL Coquet, Gien, Royal Crown Derby, Meissen, etc.). 


Intervenez-vous également pour des stands de salons ? 

En effet, notamment pour Vista Alegre/Bordallo/Christian Lacroix dont je m’occupe du concept global des stands sur les salons américains comme NY Now ou pour Kiyasa group (Prouna, Greggio, Lehman) pour le prochain Tabletop Show en octobre.

Avez-vous déjà réalisé des mises en place dans des magasins ? La problématique y est-elle différente ?

 A l’époque, je m’occupais de la boutique Laure Japy à Paris, ainsi que de certains de nos revendeurs. Aux Etas-Unis, j’ai réalisé un relooking complet de la partie art de la table et cadeaux de Geary’s à Berverly Hills, une institution installée depuis 1930. Pour un magasin, il convient de faire passer un message immédiat à travers une émotion, tandis que pour un showroom, les produits seront déplacés par les clients donc on ne peut pas réaliser la même chose.

 Est-ce que les marques vous laissent entière liberté ou souhaitent-elles ont une mise en scène précise ?

 En général, j’ai une marge de manœuvre assez large. Certains clients me font totalement confiance et j’ai carte blanche. Donc, je fais des propositions et j’en discute avec eux pour voir ce qu’ils préfèrent. Pour d’autres clients avec des “concepts” marketing déjà précis, je pars de ces bases et je l’interprète à ma façon par rapport à l’emplacement. 

Quel projet aimeriez-vous réaliser?

 Il y en a beaucoup... une mise en scène chez Berdgorf Goodman ou m’occuper de l’image, de la création et des boutiques pour certaines manufactures de porcelaine ou de cristal.






Partager cet article